Procédés traditionnels de fabrication de nos gants en cuir

Chez l’Atelier du gantier, la confection de gants en cuir est avant tout une histoire où s’entremêlent passion, patience et savoir-faire. Nous vous proposons de découvrir brièvement les différentes étapes par lesquelles nos gants en cuir sont travaillés avant de trouver la place qui leur revient sur vos mains.

Trois grandes familles d’étapes se distinguent : la coupe, la couture et le contrôle.

La coupe du gant

La coupe du gant se divise en diverses sous-étapes qui comprennent l’ensemble du travail effectué autour du cuir et des peaux.Des étapes emblématiques, minutieusement répétées, pour obtenir ce rendu d’une qualité si caractéristique.

Choix des peaux 

Le choix des peaux est une étape préalable tout à fait indispensable et importante.

Dès leur arrivée dans l’atelier, les peaux sont classées par type, par taille et par couleur. Cette classification permettra au gantier de déterminer plus facilement le type de gant vers lequel la peau sera orientée. Certaines peaux seront destinées à des gants hommes tandis que d’autres interviendront dans la confection de gants dames.

En tant qu’artisans, nous travaillons avec différents types de peaux et de matières : agneau, vachette, pécari, lapin… Nous vous proposons de les découvrir sur cette page.

La mise à l’humide 

Une fois choisie pour la réalisation de votre gant : la peau est humidifiée. Cette étape doit favoriser la souplesse du cuir et son prêtant. Suite à cela, la peau est enroulée le temps que toute l’humidité soit absorbée.

Ce n’est qu’une fois le cuir « sec » que le gantier passe à la prochaine étape de confection du gant : le dépeçage et le placage.

Le dépeçage et le placage 

Après l’étape de la mise à l’humide, la peau est travaillée et étirée à son maximum par l’artisan. Cela permet au gantier de déterminer l’emplacement des différentes parties qui vont composer le gant en cuir.

Pour ce faire, l’artisan gantier travaille la peau toujours en la tirant toujours de la tête vers la culée de la bête. Ce n’est qu’après cette étape que le gant est mesuré.

Etavillonage 

Lors du processus d'étavillonage, la peau, qui sera ensuite découpée en un rectangle, est étirée une dernière fois en long. Cela permet un élargissement potentiel du gant.

Fente - La découpe

La peau, étirée et découpée en rectangles, est maintenant prête pour la prochaine étape : la fente.

C’est à ce moment qu’intervient un outil indispensable de l’artisan gantier : la « main de fer ».

La « main de fer » est tout simplement un emporte-pièce qui reprend la forme d’une main. C’est sous cet accessoire que le gantier dispose la pièce de cuir travaillée au préalable. De cette manière, après un passage sous une presse hydraulique, le morceau de peau est découpé et commence à prendre la forme d’un gant.

C’est à cette étape de la découpe que les doigts sont finalement séparés et que l’emplacement du pouce est évidé.

Raffiler - Les finitions de coupe

Pour un rendu net après l’usage de la main de fer, la pièce de cuir, découpée en forme de main, est travaillée aux ciseaux afin d’égaliser les bords.

La couture du gant

Après les étapes relatives à la coupe du gant, le gantier a à sa disposition une pièce de cuir découpée. Cette pièce doit, à présent, être travaillée par le biais de la couture. 

 

Réalisation des ornements

Pour les gants fantaisie où qui présentent quelques particularités visuelles, cette étape permet de réaliser toutes sortes d’ornements : des nervures aux laçages en passant par la réalisation de motifs.

Assemblage du gant en « piqué Anglais »  

Une fois que les divers ornements ont été réalisés sur le gant, celui-ci est assemblé.

Le piqué anglais est une technique de couture sur l’endroit qui permet d’éviter la gêne que peut provoquer une couture saillante. Réalisée à la main, cette technique particulière est reconnaissable par la présence de « carabins ».

Les carabins sont de petits triangles qui se situent à la base de chaque doigts : il sont garants d’une meilleure solidité et d’une très bonne aisance.

Ajout de la doublure 

La doublure du gant est l’étape qui suit l’assemblage du gant en piqué anglais. L’étape de doublure est réalisée à l’aide d’une main en bois qui permet d’enfoncer la doublure au fond du gant.

C’est lorsque la doublure est complètement enfoncée qu’une couture invisible est effectuée pour la fixer au bout de chaque doigt. 

La finition 

L’étape de finition de la couture est réalisée à l’aidée d’une machine. Il s’agit là de coudre une bandelette de finition sur le gant.

Etapes de contrôle

Le plus gros des étapes de confection du gant est maintenant passé. Il convient maintenant de porter une attention particulière au contrôle du travail réalisé.

Pour vous proposer des gants de fabrication artisanale sans défaut, nous faisons preuve d’une exigence aiguisée et d’un sens du détail pointu qui font toute leur qualité.

Contrôle des coutures - Le baguettage  

Le baguettage est le nom qui a été donné à l’étape de contrôle de la couture. Grâce à des fuseaux écarteurs (baguettes) introduits dans chaque doigt, nous écartons les coutures et contrôlons si elles ne sont pas trop serrées.

Cette étape de contrôle est indispensable pour assurer un confort optimal.

Dressage du gant 

Après toutes ces étapes, le gant doit reprendre sa forme.

Pour ce faire, il est consciencieusement placé sur des mains d’acier chauffantes. Ces « mains chaudes » permettent de mettre les gants en forme tout en les repassant.

Contrôle final et appairage

Une fois mis en forme par les mains chaudes, les gants sont retirés et examinés avec soin par un œil avisé.

Si à cette étape le gant ne présente toujours pas de défaut, alors il est mis en magasin ou expédié à votre domicile.

Chez l'Atelier du gantier, tous nos gants en cuir sont élaborés en suivant ce processus : ce leur procure leur qualité reconnue par de nombreux acteurs.

Que se soit pour faire plaisir ou pour vous faire plaisir, découvrez vite notre collection sur l'Atelier du gantier.fr !